Labour de printemps au brabant à cheval

Voila la fin des labours de printemps : les 600 m² du dernier carré terminés !

Toska, comme d’habitude, à bien repris le rythme printanier et a à nouveau la rage d’atteindre le bout du rang.
C’est sa raison de vivre, sa mission divine de cheval; et oui pas moins ! Par ce qu’au bout du rang elle chipera une bonne touffe d’herbe bien grasse (ou une salade selon l’époque); et à la fin du taf elle aura droit à une botte de foin genre tisane de luxe millésimée; et même bientôt de l’herbe fraiche spécialement coupée à la faux par le patron, c’est dire si ça vaut le coup !

Donc, un labour. A 10/12cm -on appelle cela du déchaumage aujourd’hui- mais cela suffit pour les cultures qui vont venir derrière.
Pour ce faire on utilise une petite charrue Dalloz à un cheval fabriquée il y a bien longtemps.
La charrue n’est pas équipée de rasettes alors il reste un peu de vert sur la tranche. Ce n’est pas très grave, notre couvert végétal d’hiver, naturel et imposé (du mouron blanc), à été préalablement broyé et sera assez secoué pour ne pas nous gêner lors des repiquages.

Voila, les champs sont labourés, les prés sont hersés (enfin pas tous encore), maintenant c’est comme une toile vierge que l’on tend sur son cadre et qui attend son premier coup de pinceau.

Bientôt, la lumière du ciel va changer et tout va se réveiller, s’accélérer, s’emballer … prêts ?

Laisser un commentaire, votre avis est le bienvenu !