Gribouille à l’essayage

En parallèle des travaux du printemps on attaque sérieusement la prise en main de Gribouille … pas évident un jeune cheval quand on a des habitudes de vieux couple avec avec Toska mais on progresse. Quelques photos de la jeunette avec son beau collier AFH

P1800875.JPG

P1800878.JPG

 

P1800893.JPG

Début de la disette printanière

La saison 2018 est bel et bien terminée, les jardins de la petite ferme de Chanon sont vides !

On donne à ceux qui viennent les prendre les quelques betteraves qui restent.

Au programme pour 2019 :

A la cave, il nous reste un peu de betterave lacto-fermenté. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est légèrement acidulé et c’est un très bon en condiment.

Les dates d’abatage :

  • caissettes de 5Kg de veau Galloway début mars (réservations déjà complètes).
  • caissettes de 10Kg de bœuf Vosgien mi juin (quelques caissettes encore disponibles)
  • caissettes de 10Kg de génisse mi novembre

La vente de légumes reprend à la mi juin, avec principalement de la salade préparée (lavée et coupée).

A partir de juillet, en plus de la salade, se sont les carottes, betteraves, fenouils … qui arrivent. Et à la mi aout se sont les pommes de terres.

Une tournée de livraison (à cheval s’il vous plait) est prévue sur Martigna et Moirans en Montagne.

Pour l’instant le jour de livraison prévue est le samedi (ou le mercredi après midi en fonction de la demande).

Si vous avez une préférence ou que vous désirez faire partie de cette tournée de livraison, faites le moi savoir par mail ou par téléphone.

A très bientôt 🙂

P1800616.JPG

Sur quel pied dansons-nous ?

P1800417.JPG

Nous n’avons que peu l’illusion de faire changer les choses … autrement que par nos propres actes. L’écrire témoignera à nos enfants de la volonté dont nous avons fait preuve.

C’est aussi un appel à l’action, car aussi ténue qu’en soit l’issue, et aussi modeste que soient nos actes, nous luttons.

Nous avons fait le choix d’une direction de vie.

Nous éprouvons de la gêne à prononcer ou écrire ces mots qui décrivent cette direction tant ils sont ingrats, incomplets ou inadaptés : Nous ne croyons plus à l’idéal de société consumériste dans lequel nous avons été élevés. Il nous mène à notre perte. En conséquence, nous avons fait le choix de la simplicité volontaire. D’autres emploient les termes de décroissance ou encore de sobriété heureuse.

Cette philosophie de vie, cette valeur, a mûrie en nous au fil des années. Il a fallu que nous sortions de notre jeunesse pour oser le dire.

Maintenant, nous puisons notre énergie non pas dans un être mystique ou un sauveur autoritaire mais dans une réalité palpable et pleine de force : celle de la nature qui nous entoure.

Maintenant, ce choix, nous l’assumons malgré la bienséance économique. Nous ne baisserons plus les yeux.

Nous menons un combat, modeste certes, mais à notre mesure : celui de faire renaître une ferme dans le Jura sud. C’est notre terre d’adoption. Délaissée pour cause de faible productivité due à son climat et sa topologie, nous reprenons le travail là où il a été abandonné, quelques dizaines d’années en arrière.

Comme nous n’entrons pas dans les cases, on nous entrave plus que l’on nous aide.

Comme nous considérons l’endettement comme un asservissement nous repoussons l’usure bancaire.

Mais nous nous édifions malgré tout, jours après jours, avec pugnacité et détermination.

Nous faisons.

Nous faisons le travail que d’autres ont fait durant des milliers d’années avant nous et nous en tirons un grand bonheur.

Nous sommes Paysans.