Cout d’usage de l’avant train hybride

Avant train motorisé :

P1790054 (Copier).JPG

Cet avant train est neuf, fait maison, et bénéficie donc d’une très bonne fiabilité.

Il propose une prise de force normalisée à 540 tours avec une puissance de 13CV. Le moteur est amovible très simplement et utilisable comme moteur fixe pour d’autres usages dans la ferme : batteuse, faucheuse, broyeur, etc …

Son coût de fabrication, réparti sur sa durée de vie, revient à environ 100E/an.

Son coût d’entretien est de 50e/an.

Pour 80 heures d’utilisation par an cela donne un coût d’usage de 1,9 e/h

La consommation du moteur à plein régime et pleine charge est de 3,5l/h

  • avec la faneuse Farh kh4 la consommation est d’environ 0,7l/h (1e/h).
  • (estimé) avec la faucheuse 3,1m la consommation devrait être de 1,6l/h (2,3e/h).
  • (estimé) avec la faucheuse 2,7m la consommation devrait être de 1,4l/h (2e/h).

Plaidoyer pour les solutions hybrides

Le (très) faible coût d’entretien est dû au fait que toutes les pièces sont standard et interchangeable, contrairement à des engins spécifiques comme les motofaucheuses, tracteurs etc …

La chaîne cinématique est réduite au plus simple : un moteur industriel, un embrayage/réducteur standard Honda et un multiplicateur hydraulique monté à l’envers, lui aussi très courant. Compte tenu de l’usage assez intensif que nous faisons de l’avant train, les éléments ont été choisis chez des fabricants renommés, mais ils sont aussi allègrement copié par des fabricants à bas coût …

Pour le reste du châssis et des équipements, c’est à la portée de n’importe quel bon bricoleur ou métallier.

Un autre élément à prendre en compte pour juger la solution hybride est que si le cheval est souverain quand au rendement de motricité comparativement au tracteur (c’est un fait reconnu), ce n’est pas forcément le cas lorsque le cheval tire un outil animé.

En effet, lorsque le tracteur tire une charge, il doit convertir la rotation du moteur en déplacement au sol. Pour ce faire, un train de réduction conséquent est placé entre le moteur et les roues (la boite et les ponts) ce qui consomme une énergie non négligeable (réduite tout de même par la qualité des usinages et la réduction des frottements grâce aux carters à bain d’huile). Mais surtout, il doit compenser le rendement déplorable de ses roues dans un terrain meuble et irrégulier.

Il se trouve que c’est exactement le processus inverse qui se passe lorsque, sur un véhicule hippomobile, le cheval tire un outil qui va extraire une énergie de travail grâce à une roue (une faucheuse à cheval par exemple). Le même rendement déplorable est à appliquer au passage de l’énergie entre le sol et la roue.

A cela, il faut ajouter que les mécanismes de conversion de vitesse de rotation anciens souffrent d’une technologie rudimentaire et d’une usure souvent prononcée.

Sur les derniers outils animés hippomobiles (tels que les faucheuses) on constate une bien plus grande qualité des trains d’engrenages avec des rendements très comparable à ceux de la mécanique agricole moderne.

Pour autant, l’interface terre/roue reste toujours une source de perte de rendement importante.

Et, en cela, la solution hybride peut apporter une solution car l’énergie motrice est tirée du cheval et l’énergie de travail « rotative » est tirée d’un moteur.

Bien entendu, la solution « tout cheval » est à privilégier du point de vue écologique.

Malheureusement, et cela sera montré plus loin, les cadences de travail du cheval seul sont insuffisantes pour mener à bien le travail de la ferme.

Faucheuse hybride

Cette faucheuse est en cours de développement, les données utilisées ici sont donc des estimations.

IMG_20200312_161115_resultat.jpg

Son principe est le suivant :

C’est une faucheuse traînée avec un lamier de type busatis d’une largeur de 2,7m (ou3,1m)

Elle utilise pour actionner les lames le moteur fixe de la ferme (le même que l’avant train).

plus d’information sont disponibles sur la page dédiée : https://lapetitefermedechanon.com/faucheuse-hippomobile-a-moteur-auxiliaire/

Faneuse hybride

C’est l’avant train motorisé suivi d’une faneuse Farh 4 toupie d’une largeur de travail de 3,5m.

Le coût de ce genre de petite pirouette est quasi nul … de même que leur entretient

P1790908 (Copier).JPG