élevage et fenaison

Roquette (comme la salade)

/ 2 Commentaires / Modifier

Patience, c’est le nom de la future mère. Depuis au moins trois semaines on est persuadé qu’elle va mettre bas le soir même… à chaque fois c’est partie remise. Mais aujourd’hui il semble bien que ce soit la bonne car tout les signes sont là et même la lune est de la partie. A tour de rôle, toute les heures, nous allons veiller la future mère. Tout est prêt : la litière est propre et confortable et les quelques accessoires nécessaires sont à portée de main.

Pépite, sa voisine de box regarde Patience avec de grand yeux interrogateurs, se demandant sûrement pourquoi sa copine s’agite de la sorte.

Patience ne trouve plus de position ou elle peut ruminer avec sont air méditatif habituel. Elle se lève, se recouche, puis se lève à nouveau. Elle regarde son flanc, fait le tour de son box pour la centième fois comme si elle essayait d’échapper à cette gêne toujours plus présente qui la poursuit. Du coup les hommes s’agitent aussi. L’inquiétude s’intensifie au fur et a mesure de la prise de conscience de l’inéluctabilité de ce qui va se passer. Nous sommes responsable de l’intégrité de cette bête et de sa progéniture à venir.

A la tombée du jour le travail commence enfin.

Comme si elle cédait, Patience se couche sur le flanc et pose sa tête au sol. Elle refuse encore un peu ce que plus grand chose ne peux arrêter maintenant. Un instant plus tard, comme si elle avait reçu un choc, elle relève la tête et se met à pousser. Une poussée longue et manifestement douloureuse. Elle a peur, elle alete,  et dans la foulée une deuxième contraction plus douloureuse encore. Patience se relève, paniquée. On a envie de dire : ce n’est que le début ma belle mais on se tait par ce que nous aussi on a un peu la trouille.

Elle se recouche et c’est reparti : durant plusieurs minutes elle va pousser et souffler. Enfin un petit sabot apparaît, puis un deuxième. C’est un soulagement par ce que le veau semble bien engagé et que c’est aussi la première preuve visible de la vie à venir. Les contractions font une pose mais Patience ne relève plus sa tête, elle est fatiguée. Il faudra probablement l’aider pour la suite.

Les contactions reprennent mais le veau ne sort plus, pire, les pattes réintègre le corps de la mère. Le travaille stagne depuis trop longtemps et nous prenons la décision d’intervenir. Nous nouons deux cordelettes autour des pattes du veau et en synchronisme avec les contractions nous le tirons. La vache au début surprise par notre comportement s’inquiete et fait mine de se relever. Nous la rassurons, la caressons, et elle comprend que nous l’aidons. Elle nous fait confiance et se laisse à nouveau absorber pas ses contractions. Aurel et moi, de toutes nos forces nous tirons encore et encore. Et là, c’est une petite langue qui apparaît ! C’est très bon signe : la tête est dans le bon sens. Quelques contraction plus loin, d’un coup, la tête sort.

Patience fait à nouveau une pose mais ce n’est pas fini, il ne faut pas qu’elle reste ainsi. Nous l’encourageons vivement, elle reprends, et là les épaules, elle reprends, et tout le reste s’expulse d’un coup. Notre traction n’étant plus retenue on se retrouve assis dans le foin au cul de la vache avec le veau à nos pieds. Patience, soulagée et épuisée, s’abandonne tête dans la paille.

C’était la première mise bas de Patience et elle nous a fait une magnifique petite velle que l’on a appelé Roquette.

mise en meule du foin

/ Poster un commentaire / Modifier

Sous la p’tite chaleur estivale nous montons les meules pour nos vaches Galloway. Ces vaches très rustiques sont en plein air intégral et l’hiver elles viennent se servir en foin directement aux meules.

Cette parcelle à la particularité d’avoir un foin est très court, ce qui complique le montage de la meule. Le risque étant le basculement ou l’affaissement de pans de foin … avec l’obligation de recommencer le travail du début.

Ces meules font environ 30 mètre cube pour environ une tonne de foin.

meule elevateur
fourche à foin
meule de foin
meule de foin
Durant tout le chantier de cette parcelle un geai juvénile nous a suivi dans nos déplacements, s’approchant à jusqu’à portée de main lorsque nous faisions des poses et allant même jusqu’à picorer une sauterelle que nous lui offrions directement dans notre main.
geai

Mise bas d’œillette

/ Poster un commentaire / Modifier

Nuit de vêlage : début de la surveillance en fin de soirée pour une mise bas à 5h30. Tout c’est bien passé. Bienvenue sur la terre petit veau, que la vie te soit douce !

Nouvelles venues

/ Poster un commentaire / Modifier

Le cheptel laitier s’agrandit : deux nouvelles mères Vosgienne (en provenance directe des lointaines Vosges) ont rejoint le troupeau de la ferme. Mise bas prévue dans pas longtemps !

les foins en aout

/ Poster un commentaire / Modifier

Peu d’article et de vidéo sur le site ces temps ci … entre une attaque massive de gibier qui nous a privé d’une bonne moitié de nos récoltes, des conditions météo exécrable qui nous ont privé de l’autre moitié et un climat social encore plus exécrable, l’humeur n’est guerre à la fête.

Mais enfin bon, on bosse quand même … on en est aux deux tiers des foins, mi aout, c’est une première pour nous !

Aujourd’hui, et j’espère qu’on aura bien visé, on à fauché un hectare et demi. La vidéo suivante montre le fanage que l’on a fait juste après.
Le foin est d’une densité impressionnante et on a dû faire tourner la pirouette à un régime assez élevé. D’habitude c’est assez gênant par ce que c’est assez violent : ça décroche les graines et ça casse les tiges de foin. Cette année, « grâce » au fauchage tardif, ça fait bien longtemps que les graines sont par terre … et puis on est dans de l’herbe fraiche.

Hersage de prairie … suite

/ Poster un commentaire / Modifier

Ça continue ! De longues heures de travail en perspective : 7 à 8 km par hectare (sans les manœuvres) … donc plus de 100km à faire en 2 à 3 semaines … ça marche

Hersage de prairie au cheval

/ Poster un commentaire / Modifier

Le hersage de prairie, pour le cheval, c’est un peu le top départ de la saison !

Une sorte d’exercice de remise en forme en somme:)

On commence gentiment par 20 minutes tous les jours pendant quelques jours, puis 30, puis 40 … etc. Ensuite viendra s’ajouter quelques labours au cheval et les hersage des labours déjà effectués, doucement au début aussi, puis plus longtemps …

A la fin du programme de muscu’, la jument sera au top pour attaquer les foins, et nous aussi:)

Treuil à cheval pour le maraîchage : TCM

/ Poster un commentaire / Modifier

L’hiver arrive … la reprise de la fabrication des outils aussi !

Treuil à cheval pour le maraîchage : TCM le début des infos c’est ici : https://atomic-temporary-120673627.wpcomstaging.com/treuil-a-cheval-pour…/

Les foins avancent

/ Poster un commentaire / Modifier

Fanage du foin avec un avant train à moteur auxiliaire et sa pirouette de 3,5m.

Pas de consommation d’essence pour aller sur le lieu de travail et un rendement intéressant : une demi heure de travail pour un hectare à faner et une consommation d’essence … de l’ordre d’un verre

longue vie au petit ATRAC

/ 2 Commentaires / Modifier

En cours de prototypage à la ferme :

L’ATRAC est un attelage hippomobile modulaire et léger. Configurable en avant train mono roue ou en simple liaison brancard/remorque sans roue. Il permet l’interchangeabilité rapide des remorques et outils …

Une page lui est dédiée : https://lapetitefermedechanon.wordpress.com/atrac/

1.png

la fin des r’gains

/ Poster un commentaire / Modifier

Dernières bottes rangées … ouf !

Espérons que l’hiver soit court, car cette année encore, le foin a été de bonne qualité mais en petite quantité.

faneuse à fourche

/ Poster un commentaire / Modifier

Une petite surface de 8000m². On c’est arrêté là à cause du risque d’orage ce soir. Comme c’était du joli foin bien épais et que la surface n’était pas trop grande on a sorti notre ancienne faneuse à fourche.

humide

/ Poster un commentaire / Modifier

Il arrive que, très exceptionnellement, le beau temps légendaire du Jura laisse place à de légères ondées …  par ici, on appelle cela affectueusement « la drache ». Ça nous laisse les terrains délicieusement humides. Donc, aujourd’hui, démontage de clôtures et ramassage de piquets dans une prairie humide … très humide. Même qu’il faudrait encore pas trop trainer par ce que bientôt ça sera humide (oui encore humide) … et sous la neige !

fauchage d’herbe en vert

/ Poster un commentaire / Modifier

Pour éviter de consommer la (maigre) réserve de foin de cette année, on fauche régulièrement de l’herbe verte que l’on distribue directement aux vaches et aux chevaux.

Bottelage des regains

/ Poster un commentaire / Modifier

Aujourd’hui c’est la course, l’orage menace, il faut botteler les regains (deuxième coupe de foin de l’année) et ranger les bottes.

L’avant train à moteur auxiliaire est utilisé avec une botteleuse basse densité : une John Deere F81. Le nom du modèle est « la coccinelle » … c’est marqué dessus ! Un reliquat de poésie des années 60  en matière de mécanique agricole. C’est marrant par ce qu’aujourd’hui on voit plutôt comme nom de baptême des XYZ2000 PRO ou des nom à la TERMINATOR ou DOMINATOR … un signe des temps !

Enfin, tout à été bottelé, chargé et rangé à temps. Il faut dire que c’est assez rapide cette année car elle n’est pas folichonne en terme de quantité de foin.

EA&MR : les foins en traction animale

/ Poster un commentaire / Modifier

Pour les amateurs de données techniques sur la traction animale, plus précisément sur les fenaisons à la petite ferme de Chanon, notre compte rendu a été mis à jour :

Energie animale & Mecanisation raisonnable

P1790908 (Copier)

changement de parc pour les vaches

/ Poster un commentaire / Modifier

Une petite vidéo d’un changement de parc … le paradis de la vache est à l’arrivé : une pâture toute fraiche !

les foins sont bientôt terminés

/ 2 Commentaires / Modifier

un des derniers hectares de foin qui se termine. Toska à l’andaineur sur une parcelle pas très facile à cause de ses recoins en pente qui nous oblige à des manœuvres fatigantes et stressantes. C’est pas la Beauce quoi

Enfin deux heures de travail pour un hectare fauché, pas mal Toska !

Fanage hybride

/ Poster un commentaire / Modifier

Cette saison il y a pénurie de vidéo pour cause de fenaison soudaine et intense … et de grippe !
Mais ça y est, c’est reparti. La vidéo suivante montre une séance de fanage avec un avant train motorisé (hybride moteur / cheval) et une faneuse de 3m50. Une Khun KH4 qui a déjà quelques printemps.

La consommation de cet ensemble et vraiment très raisonnable, de l’ordre du ½ litre de l’hectare. Le cheval tirant un ensemble avoisinant les 350kg / 400 kg et le moteur actionnant la faneuse. Comme l’action de la faneuse sur l’herbe doit être la plus douce possible pour préserver la qualité du fourrage, le régime est très bas … et la consommation aussi.

l’été c’est fini

/ Poster un commentaire / Modifier

L’été est bel est bien fini. Avec les premières pluies d’automne et les feuilles qui tombent on a déjà la nostalgie de l’été et des foins qui vont avec … on a vite oublié que c’était un peut dur

Début de la dernière session de foin de la saison

/ Poster un commentaire / Modifier

3 Ha fauché en une seule fois et 4 jours de beau prévu … ça va être juste !

On termine par un terrain assez marécageux mais qui a l’immense avantage d’être plat. Le foin est de qualité très inégale ici, les plantes d’eau sont très présente : entre la lèche, les joncs et autres roseaux, il n’y a guerre plus d’un quart de la surface qui soit acceptable. Mais bon, si on ne le fait pas, c’est le marais et la foret qui vont encore gagner.

Toska bosse dur. On se contentera de faner le foin aux endroits les plus épais, pour le reste on andainera simplement.

P1780381

P1780388

P1780395

P1780420

P1780445

P1780495

Une velle nouveau né

/ Poster un commentaire / Modifier

La velle est née dans la nuit, elle a quelques heures seulement et a encore du mal a se tenir sur ses pattes.

Après un épisode pluvieux, c’est reparti

/ Poster un commentaire / Modifier

Une petite parcelle d’un hectare, le temps est trop instable pour risquer plus.

P1780038

P1780062

P1780042

P1780059

P1780084

Andainage, à cheval … et à pied

/ Poster un commentaire / Modifier

La routine s’installe : après avoir faucher, par une bonne petite canicule il faut faner … et andainer . Pour épargner Toska il faut marcher à coté …

35 km à pied !

/ Poster un commentaire / Modifier

le sixième hectare fauché … à la motofaucheuse : 35 Km à pied rien que pour le fauchage!

Allez, c’est presque la moitié, on tient le bon bout

mise en andain

/ Poster un commentaire / Modifier

Au tour de l’andainage, l’outil utilisé ici est un très classique râteau à décharge latérale international harvester. Il à été remis en route dernièrement : dégripage, les flasques ont été reformées et une limonière a été réalisée. La peinture n’est pas encore faite … ça se voit

C’est un râteau un peu lourd et son absence de freins le rend son usage un brin stressant dans les pentes que l’on est obligées de prendre dans le sens de la descente.

Fanage à cheval

/ Poster un commentaire / Modifier

Ça y est, les foins ont commencés … première séance de fanage.

La faneuse utilisée est une Khun de 1969, presque neuve quoi

75 ans après sa sortie d’usine, la Dollé 17 coupe son premier brin d’herbe

/ Modifier

La faucheuse que nous avons restauré cet été fait son premier galop d’essai :

Sa restauration est décrite ici : RESTAURATION FAUCHEUSE DOLLE 17

Comme on peut le voir, pas mal de réglages restent à faire : calage de la barre de coupe, ajustement du harnais.

Un peut de casse aussi : la bielle de débrayage automatique cassée net. C’est une pièce qui a été  prise sur une machine ‘identique’ mais comme les pièces variaient beaucoup d’une année à l’autre … en fait ce n’est pas la même, il faudra en reconstruire une.

Pour le deuxième round, la Dollé 17 sera bien meilleure !

râtelle

/ Modifier

Cet été nous avons restauré et repeint une râtelle de marque International Harvester (IH). Toska la tracte pour la première fois pour regrouper des andains oubliés par la presse. C’est donc du vieux foin qui a du mal à être ramassé car il est tassé et un peu fermenté. Après plusieurs passage cela ce fait tout de même. Nul doute que c’est moins fatiguant avec une râtelle qu’avec une fourche !

rentrer des rouleaux de foin avec Toska

/ Modifier

Nous avons remisé une partie des rouleaux de foin avec Toska. Elle peut prendre 6 rouleaux de 100Kg à la fois. Le jour de cette vidéo elle n’en prenais que 3 car il y avait une forte pente pour renter :

P1730902
P1730896

Piège à vaches

/ Modifier

Travaux d’automne en vue du passage imminent du vétérinaire pour les prises de sang réglementaires : fabrication d’un piège à vache. Ça porte bien son nom : c’est pour attraper les vaches qui sont un brin sauvages et peu coopératives. Elles ne comprennent pas bien ces impératifs législatifs … quelle idée je vous jure

Le piège est accolé à un parc de contention de 600m² pour contenir les vaches en cas de grosses neiges qui viendraient affaisser les clôtures électriques des parcs.

DSCF0441
DSCF0442