Passage à la conférence « Draft Animals » qui a eu lieu le 8 et 9 mai et organisée par l’ UNESCO WELTERBE KLOSTER LORSCH.

Avec un brin de retard, voici notre passage à la conférence « Draft Animals » qui a eu lieu le 8 et 9 mai et organisée par l’ UNESCO WELTERBE KLOSTER LORSCH.

Ce qui nous plait dans leur approche (et qui à justifié notre engagement) c’est que, bien qu’étant basé dans une structure éminemment historique, leur travail d’analyse et de consignation n’est ni sectaire ni romantique.

C’est un travail universitaire ouvert à tous, libre et gratuit. L’avantage est que, dégagé des considérations mercantiles, des guerres de clocher, des egos surdimensionnés ou encore du partage de parts de marché formation, le résultat est objectif et sans partis pris.

Ce travail sert de base de donnée technique, pour qui veut l’utiliser, d’alternatives agricoles ou paysannes.

Il se trouve que nous allons rempiler car nous nous sommes engagés à fournir un compte rendu de nos pratique de culture du blé … avec ses qualités et ses défauts. Des nouvelles à la fin de la saison prochaine donc (et oui, l’horloge paysanne est lente) !

Séance de papouilles au pré …

Tout les soir, vers six heures on rentre les veaux de nos vosgiennes. Quelquefois ils sont coquin et c’est le rodéo pour les attraper, quelquefois ils attendent près de la porte, et quelquefois, comme ce soir, ils sont d’humeur câline et il n’y a pas moyen de les lever. Alors bon, on s’assied à coté et on papouille …
D’ailleurs, j’en profite pour glisser que l’on recherche toujours 2 à 3 génisses prête ou jeune mère … gentilles et cornues !

Deux paysans, deux chevaux

Cet après midi : 40 minutes de passage de la herse canadienne en vue des semis. Une petite pluie serait bienvenue pour parfaire le travail.

Et en ce jour, un jalon qui me rend fier a été passé : Pour la première fois, le père et le fils bossent ensemble et chacun avec sa jument ! Il y a quand même des moments sympa dans la vie.

Labour de printemps au brabant à cheval

Voila la fin des labours de printemps : les 600 m² du dernier carré terminés !

Toska, comme d’habitude, à bien repris le rythme printanier et a à nouveau la rage d’atteindre le bout du rang.
C’est sa raison de vivre, sa mission divine de cheval; et oui pas moins ! Par ce qu’au bout du rang elle chipera une bonne touffe d’herbe bien grasse (ou une salade selon l’époque); et à la fin du taf elle aura droit à une botte de foin genre tisane de luxe millésimée; et même bientôt de l’herbe fraiche spécialement coupée à la faux par le patron, c’est dire si ça vaut le coup !

Donc, un labour. A 10/12cm -on appelle cela du déchaumage aujourd’hui- mais cela suffit pour les cultures qui vont venir derrière.
Pour ce faire on utilise une petite charrue Dalloz à un cheval fabriquée il y a bien longtemps.
La charrue n’est pas équipée de rasettes alors il reste un peu de vert sur la tranche. Ce n’est pas très grave, notre couvert végétal d’hiver, naturel et imposé (du mouron blanc), à été préalablement broyé et sera assez secoué pour ne pas nous gêner lors des repiquages.

Voila, les champs sont labourés, les prés sont hersés (enfin pas tous encore), maintenant c’est comme une toile vierge que l’on tend sur son cadre et qui attend son premier coup de pinceau.

Bientôt, la lumière du ciel va changer et tout va se réveiller, s’accélérer, s’emballer … prêts ?

les foins touchent à leur fin

Toska au boulot avec notre antique andaineur IH; un petit air rouillé mais il fonctionne encore comme au premier jour … du matériel agricole durable s’il en est.

Encore un hectare et les foins seront terminés. Ce sera grand temps car la moisson attend … qui elle mème sera suivie de près par le fauchage des regains; qui eux même seront suivi par les récoltes de légumes d’hiver et des pommes; qui elles mème seront suivi de … vivement l’hiver que l’on se repose !

Début des foins

Les foins ont commencés bien tôt cette année. Trop tôt pour nous car on doit choisir entre la mise en place des jardins et les foins. Priorité aux jardins mais on fait juste un galop d’essai avec le petit avant train mono roue ATRAC suivi d’une remorque légère. Le poids à vide est de l’ordre de 100kg et la charge utile par charrée est de l’ordre de 200kg vraiment sans forcer (après on ramasse les bottes sur le chemin faute d’échelles adaptées). L’ATRAC est à l’aise. Il est monté en roue folle.